frdanlenfidenoptessv

Traduction automatique approximative.

Obtenir vos équivalences

Obtenir l’équivalence de votre diplôme et exercer votre profession de charpentier/ menuisier ou autre

Obtenir l’équivalence de votre diplôme et exercer votre profession de charpentier/ menuisier ou autre

Au Québec, il y a 25 métiers et une trentaine d'occupations dans le secteur du bâtiment et de la construction. Les premiers sont définis par règlement, les secondes le sont à l'intérieur des conventions collectives de l'industrie de la construction.

Pour connaître la description sommaire des 25 métiers de la construction et celle de 6 occupations spécialisées et pour obtenir plus d’informations, visiter le site de la Commission de la construction du Québec. Le lien est : Métiers, occupations et perspectives d'emploi

Pour la procédure de reconnaissance de vos compétences et expériences acquises à l’étranger, il faut faire, dès votre arrivée au Québec, une demande auprès du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec (MEES). Chaque région du Québec offre des services de reconnaissance d'acquis et de compétences. Pour de plus amples informations à ce sujet, consultez le site Reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES). Pour d’autres détails, consultez le site de la Commission de la construction du Québec : Reconnaissance des acquis

Certificats de compétences métiers

Détenir une carte de compétence est obligatoire, en début de carrière vous travaillerez en tant qu’apprenti et vous obtiendrez votre carte de compagnon seulement après avoir effectué 3 périodes d'apprentissage totalisant un minimum de 6000 heures de travail comme apprenti (environ 3 ans).

Voir les détails en visitant ce site de la Commission de construction du Québec.

  1. Après avoir accumulé au moins 4 000 heures comme apprenti(e), vous pourrez choisir l'une des 3 spécialités du métier, soit : parqueteur sableur, coffreur de béton ou poseur de fondations profondes en effectuant les 2 000 heures suivantes dans cette spécialité ou choisir de compléter ces heures dans la voie générale. Une mention sera inscrite sur la carte de compagnon.
  2. Être prêt à travailler dans des endroits bruyants, chauds ou poussiéreux
  3. Travail saisonnier sur les chantiers de construction, mais de nombreux emplois sont offerts pendant toute l'année.

Plusieurs certificats sont exigés dans le secteur de la construction

L'industrie de la construction au Québec s'est donné des critères d'embauche de la main-d'œuvre auxquels les entreprises de construction doivent se conformer. Le principe fondamental demeure la compétence acquise par la formation et/ou l'expérience de travail. Pour travailler dans cette industrie assujettie à la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction (Loi R-20), il faut, donc, détenir un certificat de compétence.

  1. Certificat de compétence compagnon (CCC) : pour une personne ayant démontré ses qualifications dans l'un ou l'autre des métiers de la construction.
  2. Certificat de compétence apprenti (CCA) : pour une personne faisant l'acquisition d'un métier qui, selon le cas, comporte une à cinq périodes d'apprentissage d'une durée de 2 000 heures chacune.
  3. Certificat de compétence occupation (CCO) : pour une personne exerçant une activité de construction sur les chantiers à titre de manœuvre ou de manœuvre spécialisé.
  4. La Commission de la construction du Québec  (CCQ) reconnaît aussi les certificats de qualification de certains métiers délivrés par le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS).
  5. Accès des non-diplômés

Si l'industrie de la construction privilégie l'accès des diplômés aux chantiers de construction, il peut survenir des périodes où la CCQ permet cet accès à des non-diplômés selon l'état des bassins de main-d'œuvre. Des conditions spécifiques doivent alors être respectées.

Rechercher